15 avril 2009

Et, là...hella... hélàs... hellas... et là ça repart...

Impossible d'oublier le mélange...


Le gris devient bleu, le bleu, gris and so ...

La vague m'emporte, loin d'ici... sur ces plages aimées, du sans soucis, du sans contrainte... là ou l'heure ne compte pas. Tu t'assoies, tu contemples. Tu n'est rien. Le ciel change, sans humeur.

Derrière toi passe le monde. Au loin, une radio égrène un piano de Mr K. à moins qu'il ne s'agisse d'un Khasmir, dont le gimmick te colle au palais.

Au loin trépasse un bateau...

Hélas, Hellas, la nature est sans pitié pour l'homme qui croit penser.

Aghia Anna,4 septembre 2008 F 7,1 au 400ème, ISO 100. Logiciel Photo BC

3 commentaires:

  1. Ah ! Hellas ! Hellas ! quand tu nous tiens et comme dis Denis "putain la Grèce" quand tu nous tiens, tu nous lâches plus et que s'est BON !

    RépondreSupprimer