04 mars 2009

C'était en l'an 2000, pour rendre hommage à la fin d'un siècle, puis au début d'un autre...
Carte blanche fut donnée à Enki Bilal, pour une décoration des arènes...
Il le fit avec maestria, quoi de plus normal pour une plaza comme celle de Nîmes...

Des moulages parfaits, sortis tout droit de ses albums... de son univers...


On me pardonnera la mauvaise qualité des photos. Il s'agit de scan d'épreuves argentiques...
Et oui, la photo existait avant le numérique...


4 commentaires:

  1. oui et je trouve que depuis le numérique la photo existe bcp moins. Mon matos c'est un vieu nikon fg, un bijou de perfection. Mais surtout je situe la photo ailleurs, dans le développement, le meilleur photoshop du monde restera à mon avis la chambre noire.
    C'est bien le numérique mais c'est nettement moins empreint de magie. En fait c'est la magie qui différencie les 2

    RépondreSupprimer
  2. Vrai, Sam, le numérique, c'est la photo non-pensée. C'est la photo poubelle. Il suffit de voir comment ces photos sont prises, à la va-vite, sans souci de cadrage, sans calcul de profondeur. Après, Photoshop ou Photophiltre (gratuit lui...) et hop, le tour est joué. Et l'on s'exclame devant un tirage sur-colorisé...
    C'est de la photo de fainéant...
    Je regarde enormémént de blogs et de sites de photos. Partout il manque quelque chose à ces tirages... une âme...
    PS : déja avec les premiers aut-focus, personne ne prenait plus le temps de mettre au point...

    RépondreSupprimer
  3. je suis d'accord avec toi, le numérique n'est pas de la photographie. La photographie c'est long, lourd, sans aucun possible retour en arrière. C'est une lutte contre le temps, pire ! contre l'instant. Cet instant qui te nargue dans la chambre noire. Il avait des teintes, un instant, cet instant. Les as-tu volé ? La chambre noire me manque. J'ai voulu vendre mon matos par défaut de thunes mais j'ai pas trouvé preneur, tant mieux. Par contre je ne suis pas aussi tranchée que toi. Des fois il y a des vrais recherche sur la "photo" numérique avec l'exploitation d'un logiciel. Faut juste arréter d'appeler ça de la photo, ça ressemble plus à un art numérique.

    RépondreSupprimer
  4. D'accord avec toi,Sam. L'argentique, c'était des nuits passées dans le rouge de l'ampoule actinique, les mains dans la flotte, les odeurs du révélo et du fixateur, l'odeur de pain grillé de la glaceuse...
    L'énervement pour poser le cache qui révèlerait le détail qui tue..
    J'ai eu moi aussi un Durst quelquechose...J'ai passé de belles nuits à bidouiller de beaux "noir & blanc".
    Je vais les scanner, et les exposer ici...
    C'est vrai qu'il faut donner un autre nom à cet art nouveau qu'est le numérique...

    RépondreSupprimer