05 janvier 2009

C'est dur, la symétrie... cela demande forcement un renoncement à l'abstraction...
On doit se complaire entre lignes droites, verticales coupant quelques horizontales, de lignes de fuites dont on ne peut s'échapper...
Ainsi, nos observateurs sont assis sur le bord gauche du banc. Comme pour contraindre la symétrie à se plier à leurs désirs...
Tu vois, ici tout est calme... pas de F16... c'est beau, l'ordre... c'est propre...
Tu as raison, elle dit, je prendrais bien un appartement là...
C'est beau la vie sans risque...



Ailleurs, une drôlesse se payait une toile.... Enfin quelqu'un qui pense comme moi...se mentait-elle...

Au dessus de nous, les F16 avaient dégagé le ciel, ne laissant que quelques traînées dans l'azur.

L'air puait l'ozone et le kérosène... "This is the end..."

Le merkava qui gardait le musée nous laissa sortir, son canon suivant nos pas...La patinoire, vers le monument, était rouge du bon sang des enfants. La dame aux losanges trempa le bout de son ombrelle dans cette soupe garance et fila, accompagnée d'un rire dément.

Plus loin, des robotcops, armés de mitraillettes Uzi, nous firent monter dans un bus...

C'est ainsi que nos ennuis continuèrent...

Je chante la douleur d'un peuple quand d'autres ferment leurs portes............