15 décembre 2008

Dans les rues grises de l'ennui, quand le soleil blafard sanglote au dessus de nos têtes, je trouve encore une porte, une de plus... Raide et rouge comme un empereur inca !
On échappe jamais à rien !
Je n'arrive pas à oublier tout ce que j'ai pu croire et je me dis que je n'ai pas tout perdu ! Même si personne de m'indique la prochaine rue ou tourner... Après tout, ai-je besoin d'un parapluie ?
La rue est grise, comme les nuages qui roulent sur la ville en se moquant de nous.
Une trace sanglante sur une porte...
Rue Fresque, des fantômes passent, mais personne ne les voient passer.
Seule, la porte rouge est là, gardienne de nos secrets.