31 décembre 2008

Vue d'ici, pourtant, elle à l'air calme...
Meilleurs voeux, la Terre, meilleurs voeux...

27 décembre 2008


Happy Christmas, Mr Olmert...
Deux cent morts d'un seul coup à Gaza... c'est un beau score...
J'espère qu'un jour, un tribunal jugera vos actes et ceux de vos semblables envers les palestiniens...
C'est mon souhait pour vous et les votres, pour 2009...

26 décembre 2008


Les humains n'aiment pas l'eau froide...

25 décembre 2008

Y'a pas à dire, Noël, ça a de la gueule !

21 décembre 2008


Les pères Noël sont des ordures...
Surtout ceux des galeries marchandes, des supermarchés, des péages d'autoroutes.
Ceux qui sonnent des cloches sur les trottoirs...
Enfin tous ceux sur les genoux desquels des gamins ébahis, poussés par des parents larmoyant se font prendre le portrait pour une quinzaine d'euros...
Ah, elle sera belle, la photo vite prise, sans cadrage, sans humeur et sans amour sauf celui du fric... elle sera belle, sur la télé, entre le chien et Mémé...
Faut bien vivre, m'a dit le père machin... faut bien vivre...
Ça, je le comprend, mais avant ça, le type du bas, en noir, derrière la fausse plante tropicale, m'avait menacé des vigiles si je continuais à prendre en snapshoot sa petite entreprise...
J'en avais rien à foutre de son business à ce type. Je lui ai dit que je ne faisais pas le même boulot que lui... Il n'a rien compris...
Les pères Noël sont des ordures...surtout quand ils appellent les flics...
Pauv'gosses...

19 décembre 2008


J'ai cru que je venais juste de fermer la porte. En faisant la soustraction des chiffres sur le calendrier ça a fait douze... douze ans !
Douze ans... que le temps passe vite. Je me souviens, la route était grise et terne. Même le soleil nous ignorait !
Depuis, le monde va de plus en plus mal, tu sais... tu ne l'aurais pas aimé !
Au détours des marches je croise ton regard.
Dans le jardin froid, un cycle s'achève.
Demain un autre prendra la relève...
Ainsi va la vie...

15 décembre 2008

Dans les rues grises de l'ennui, quand le soleil blafard sanglote au dessus de nos têtes, je trouve encore une porte, une de plus... Raide et rouge comme un empereur inca !
On échappe jamais à rien !
Je n'arrive pas à oublier tout ce que j'ai pu croire et je me dis que je n'ai pas tout perdu ! Même si personne de m'indique la prochaine rue ou tourner... Après tout, ai-je besoin d'un parapluie ?
La rue est grise, comme les nuages qui roulent sur la ville en se moquant de nous.
Une trace sanglante sur une porte...
Rue Fresque, des fantômes passent, mais personne ne les voient passer.
Seule, la porte rouge est là, gardienne de nos secrets.

10 décembre 2008



En sarkosie profonde, là ou le masque noir de la peur nous enfonce dans le gouffre, quelques voix s'élèvent encore...

07 décembre 2008



Ils en ont rêvé... Marini l'a fait...

"Les particuliers ayant subi des pertes boursières en 2008, en raison du repli marqué de l'ensemble des places boursières mondiales, pourront les déduire de leurs revenus imposables 2009, dans la limite de 10.700 euros. Sont concernées les opérations de cession de moins de 25.000 euros au total, intervenues entre le 1er janvier et le 1er décembre 2008. Cette mesure se répercutera sur l'impôt sur le revenu en 2010. Au-delà de 10.700 euros, le solde des pertes sera reporté sur les gains en bourse des 10 années suivantes. Le sénateur UMP Philippe Marini a confirmé ce samedi avoir déposé un amendement dans ce sens au projet de loi du Budget 2009..." (sources yahoo.com )

Vous ne rêvez pas, vous, par contre... c'est bien en sarkoland que cela se passe... Avec un coup pareil, certains pôvres petits actionnaires pourrait bien ne pas avoir à payer le moindre euro d'impôts !

Allez, encore un petit effort, Marini, exonérez les totalement d'impôts, vos amis, ce sera moins hypocrite !

Quand à la planète médiatique... pas de commentaire... ah, c'est vrai, le travail le dimanche n'est pas encore obligatoire !

02 décembre 2008

Coincée entre la boulangerie et la coiffeuse, elle crache dans la poubelle stylisée...
Sa main droite étreint la peine de sa vie... La gauche soupèse l'état latent.
L'ogresse...
Les murs quelques fois nous revoit un drôle de miroir !

01 décembre 2008


J' aimerai que Libé se révolte avec autant de force sur l'intervention policière ( avec chiens ) au collège de Marciac que celle que ce journal (?) en met pour s'apercevoir qu'en Sarkoland, le mandat d'amener, peut se terminer en fouille intégrale, même pour une histoire de diffamation...

C'est vrai quoi, si maintenant les journalistes sont au même régime que le pékin moyen, ou va-t-on, mâme Michu...

Bon, c'est vrai, les pandores y sont allés un peu fort... à 6 heures du mat, c'est un choc... mais bon, quand Mohamed descend les esclaliers sur la tête, il n'y a pas beaucoup de journaleux de Libé pour en rendre compte...pour tout dire aucun...

Quand la police, à Marciac, fouille des élèves de 12/14 ans, avec l'aide de chiens renifleurs de H, sous l'oeil médusé des enseignants... Libé... ou est tu ??? ( on peut s'étonner aussi du peu de réactivité des ces mêmes enseignants...)

Et quand en Guyane une grève bloque tout, il faut attendre huit jours pour que le quotidien en parle et encore en reprenant des phrases de blogs...

On peut dire pareil du Monde... et ne parlons pas de cet exceeellllleeeeennnnttt Figaro.

Ah, c'est plus facile avec les ultra-gauchistes de Tornac...

Avant de s'inquiéter pour sa liberté, la presse ferait mieux de faire son travail...