23 novembre 2008

Le café viennois, c'est la science de Titou...
Tu t'installes, à la terrasse, l'été, ou l'hiver à l'intérieur, tu sais, ces jours ou le mistral balaie la place de la Cathédrale...
Titou, il s'en fout du temps. Dans ce bar, les horloges sont à l'arrêt. Se côtoient gamins de bahuts et vieilles peaux blondasses à col claudine... les hommes ne sont pas mieux, des véritables pub pour ascenseurs perso.
Dehors, les pigeons et les fumeurs se caillent. Les chalands s'arrêtent à la devanture, guettant la place libre... Forçant du regard les chanceux assis bien au chaud, devant ces magnifiques cafés viennois...
"je paye, elle dit, sortant un petit bleu de son porte monnaie"...
J'attendais qu'elle face apparaître l'île au trésor, ou quelques pièces usées... ou même un pinceau de poils de martre, pour mettre des rideaux bleus, aux fenêtres de ses yeux"
Me devinant, elle me dit en riant :" du vert, je ne mets que du vert..."
Puis elle a planté la cuillère dans la chantilly...
Dehors, le vent soufflait. Les derniers fumeurs se sont tirés. Seuls, les pigeons cherchaient du mouron entre les pavés.