21 novembre 2008

Certains soirs, le ciel se déchire. On peut craindre alors, qu'il ne s'effondre sur nos p'tites vies.
Dans la noire auto, nous assistons, impuissants, à son agonie. La radio de bord nous distille un Gillespie vors Stan Getz de 1953.
Et cette bouche immense qui se précipite sur nous !
La planète bleue ? La planète rouge !

1 commentaire:

  1. oui j'ai dépassé un peu cette heure-là à l'heure où j'écris, je suis dedans: la bouche est devenue noire
    avalée

    RépondreSupprimer