02 août 2008

Plus tard, j'ai retrouvé l'autre... Une robinetterie.
Closed...
Un jour, un promoteur, avec une fleur de béton à la boutonnière, nous fera un bel immeuble très chic, très cher... avec clim, balcons au soleil...
Du quartier populaire, il ne restera plus.
Mais en fait, que reste-t-il du peuple...
La gueuse est à terre.

1 commentaire:

  1. l'ami de ma fille est en train de faire un reportage, à Lyon, sur la manière dont a progressivement (mais très vite) viré les habitants des petits quartiers popu, pour réaménager façon promoteur des espaces pour riches. C'est très intéressant: d'abord supprimer les bancs, puis installer une fontaine à débordement pour noyer la place où se tenaient les conciliabules, où avaient lieu les rencontres, laisser se dégrader un ancien petit commerce fermé puis récupérer le lieu, abattre les murs, laisser un désert, faire des trous de gruyère dans le quartier, et reconstruire des centres tertiaires, des bureaux, faire basculer l'âme du quartier, occuper le terrain, faire grimper les loyers, obliger les gens à décamper, d'eux-mêmes....

    RépondreSupprimer