25 juillet 2008


Quelques fois, au matin, quand je pars au chagrin, je le vois, toiser le bronze...
La place est déserte...
Personne ne moufte.